Recensement du Canada de 2006 : Tableaux thématiques

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Catégorie de revenu après impôt (3), groupes d'âge (6) et sexe (3) pour les personnes dans les ménages privés, pour le Canada, les provinces, les régions métropolitaines de recensement et les agglomérations de recensement, 2005 - Données-échantillon (20 %)

À propos de cette variable: Catégorie de revenu après impôt (3)

Définition

Catégorie de revenu après impôt

Partie A - Définition en langage simple
Sans objet

Partie B - Définition détaillée
Situation d'une famille économique ou d'une personne hors famille économique de 15 ans et plus par rapport aux seuils de faible revenu après impôt de Statistique Canada.

Seuils de faible revenu après impôt (SFR)

Partie A - Définition en langage simple
Sans objet

Partie B - Définition détaillée
Les mesures du faible revenu appelées seuils de faible revenu (SFR) ont été établies pour la première fois au Canada en 1968, d'après les données sur le revenu du Recensement de 1961 et les régimes de dépenses des familles en 1959. À cette époque, les régimes de dépenses indiquaient que les familles canadiennes consacraient environ 50 % de leur revenu total à la nourriture, au logement et à l'habillement. On a arbitrairement estimé que les familles consacrant 70 % ou plus de leur revenu (soit 20 points de pourcentage de plus que la moyenne) à ces biens de première nécessité se trouvent dans une ' situation difficile '. À partir de cette hypothèse, des seuils de faible revenu ont été établis pour cinq différentes tailles de famille. Par la suite, les seuils de faible revenu ont été révisés d'après les données nationales sur les dépenses des familles pour 1969, 1978, 1986 et 1992. Initialement, les SFR étaient établis en fonction du revenu total avant impôt des familles et des personnes hors famille économique âgées de 15 ans et plus.
À la suite d'une examen approfondi des seuils de faible revenu réalisé en 1991, des SFR établis à partir du revenu après impôt ont été publiés pour la première fois dans la publication Revenu après impôt, répartition selon la taille du revenu au Canada, 1990, no 13-210 au catalogue.
Tout comme les seuils de faible revenu établis à partir du revenu total, les SFR après impôt sont établis séparément pour les familles économiques et les personnes hors famille économique d'après les données sur les dépenses des familles et le revenu après impôt. En conséquence, les seuils de faible revenu après impôt sont fixés en ajoutant 20 points de pourcentage au revenu après impôt consacré par la famille moyenne à la nourriture, au logement et à l'habillement, et en tenant compte de la taille de la famille et de la taille du secteur de résidence.

Catégories de la variable

  1. Total - Personnes dans les ménages privés Footnote 1
  2. Personnes ayant un faible revenu après impôt
  3. Prévalence du faible revenu après impôt % Footnote 3

Footnotes

Footnote 1

Catégorie de revenu après impôt - Situation d'une famille économique ou d'une personne hors famille économique de 15 ans et plus par rapport aux seuils de faible revenu après impôt de Statistique Canada.

Les mesures du faible revenu appelées « seuils de faible revenu (avant impôt) (SFR) » ont été établies pour la première fois au Canada en 1968, d'après les données sur le revenu du Recensement de 1961 et les régimes de dépenses des familles en 1959. À cette époque, les régimes de dépenses indiquaient que les familles canadiennes consacraient environ 50 % de leur revenu total à la nourriture, au logement et à l'habillement. On a arbitrairement estimé que les familles consacrant 70 % ou plus de leur revenu (soit 20 points de pourcentage de plus que la moyenne) à ces biens de première nécessité sont « dans le besoin ». À partir de cette hypothèse, des seuils de faible revenu ont été établis pour cinq différentes tailles de famille.

Par la suite, les seuils de faible revenu ont été révisés d'après les données nationales sur les dépenses des familles pour 1969, 1978, 1986 et 1992. Initialement, les SFR étaient établis en fonction du revenu total, avant impôt, des familles et des personnes hors famille économique âgées de 15 ans et plus.

À la suite d'un examen approfondi des seuils de faible revenu réalisé en 1991, des SFR établis à partir du revenu après impôt ont été publiés pour la première fois dans la publication Revenu après impôt : répartition selon la taille du revenu au Canada, 1990, no 13-210 au catalogue. Les seuils de revenu après impôt sont estimés séparément pour les familles économiques et les personnes hors famille de 15 ans et plus en fonction de leurs dépenses et de leurs revenus après impôt. Par conséquent, les seuils de faible revenu après impôt sont les niveaux de revenu après impôt, différents selon la taille de la famille et du secteur de résidence, où les familles consacrent 20 points de pourcentage de plus de leur revenu après impôt à la nourriture, au logement et à l'habillement que la famille moyenne.

Les familles économiques et les personnes âgées de 15 ans et plus hors famille économique du Territoire du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et des réserves indiennes sont exclues. Les seuils de faible revenu sont fondés sur certaines compositions du revenu et des dépenses qu'il était impossible de tirer des données d'enquête relatives à l'ensemble de la population.

La fréquence des unités à faible revenu (avant ou après) impôt peut également être calculée pour les familles de recensement, les personnes hors famille de recensement et les personnes dans les ménages privés. Voir Statistiques sur les unités à faible revenu parmi les familles de recensement et les ménages, rapport destiné au personnel no 1991-1, Division de l'analyse des enquêtes auprès des ménages et sur le travail, Statistique Canada.

Les taux de prévalence du faible revenu sont calculés à partir des chiffres arrondis des personnes ou des familles ayant un faible revenu et du nombre total de personnes ou de familles. Ces chiffres ont été arrondis séparément des chiffres arrondis indiqués dans le tableau; il peut donc y avoir une petite différence entre le taux indiqué et celui calculé avec les chiffres indiqués. Il est conseillé aux utilisateurs d'interpréter avec prudence les taux de prévalence du faible revenu établis en fonction de petits chiffres.

Depuis la première publication des SFR, Statistique Canada ne cesse de répéter, de façon non équivoque, que ceux-ci ne sont pas une mesure de la pauvreté. Les SFR reposent plutôt sur une méthodologie cohérente et bien définie qui permet de repérer les personnes qui s'en tirent beaucoup moins bien que la moyenne. Ces mesures permettent à Statistique Canada de faire état de tendances importantes, comme l'évolution de la composition de la population qui se retrouve sous les SFR.

Seuils de faible revenu avant impôt (SFR) - Niveaux de revenu auxquels les familles ou les personnes hors famille économique consacrent 20 % de plus de leur revenu avant impôt à la nourriture, au logement et à l'habillement que la moyenne.

Seuils de faible revenu après impôt (SFR-AI) - Niveaux de revenu auxquels les familles ou les personnes hors famille économique consacrent 20 % de plus de leur revenu après impôt à la nourriture, au logement et à l'habillement que la moyenne. Pour de plus amples renseignements et des informations sur la matrice des seuils de faible revenu après impôt de 2005, veuillez consulter le Dictionnaire du Recensement de 2006, numéro 92-566-XWF au catalogue.

Return to footnote 1 referrer

Footnote 3

Les taux de prévalence du faible revenu sont calculés à partir des chiffres arrondis des personnes ou des familles ayant un faible revenu et du nombre total de personnes ou de familles. Ces chiffres ont été arrondis séparément des chiffres arrondis indiqués dans le tableau; il peut donc y avoir une petite différence entre le taux indiqué et celui calculé avec les chiffres indiqués. Il est conseillé aux utilisateurs d'interpréter avec prudence les taux de prévalence du faible revenu établis en fonction de petits chiffres.

Return to footnote 3 referrer